Jeudi 31 janvier 2013 à 22:42

 Hé ouais, je suis infidèle, honte sur moi, j'écris une fois tous les deux mois --'
Je jure mes grands dieux que je vais écrire plus souvent, puis j'ai pas envie de saoûler les gens avec ma vie, alors j'écris pas ^^ C'est nul, je suis nulle, tout le monde il est d'accord, et voilà.
Pour m'excuser, je vais mettre des photos de chats. C'est mignon les chats (quand tu vis pas avec). Et pas de trop près. Tiens du coup j'en met une de trop près. Exprès. J'suis trop cruelle. Et j't'en met même deux tellement j'aime bien quand ils ont des têtes de cons.

http://chouchouisnotdead.cowblog.fr/images/20130127170353.jpghttp://chouchouisnotdead.cowblog.fr/images/20130127144522.jpg

B
ref, comme beaucoup de gens l'auront constaté, on est en 2013 (d'ailleurs Beaux nénés tout le monde, j'ai le droit de le dire encore quelques heures ça tombe bien !). On a échappé à l'attaque extraterrestre, à la pluie de météorites, aux éruptions solaires. Safépeur. Mais ça nous laisse encore une trentaine d'années, il me semble, avant la prochaine grande catastrophe annoncée. 30 ans c'est plutôt pas mal, c'est un quota raisonnable.

En attendant, c'est pas tout ça, mais faut quand même se sortir le doigt du fion, ce qui n'est pas forcément évident. On se cherche une vie, un boulot, une stabilité, et quand on a un semblant de tout ça on se rend compte qu'en fait, on est pas si bien que ça. Je dis "on", mais je parle de moi bien entendu. Du coup en attendant, je pense que j'vais mettre un peu de sousous de côté, ce qui était mal barré à première vue, et réfléchir à un futur corps de métier dans lequel me lancer =) 
2013 sera l'année des projets, donc. Des projets et des économies. Mais pas ce mois-ci. Ce mois-ci, c'est les soldes, faudrait pas déconner quand même.
http://chouchouisnotdead.cowblog.fr/images/lesloulous.jpg  Interlude chatounesque


J
e sais pas vous, mais moi, j'ai été super déçue des soldes cette année. Particulièrement chez Séphora, ou j'avais carrément été super (agréablement) choquée l'été dernier, et ou j'avais emmagasiné tout et n'importe quoi. Ben là, y'avait quasiment que des articles que j'avais déjà vu cet été, justement. Enfer et frustration !
Du coup, j'me suis vengée chez Goëland, ou je me suis achetée tee-shirts sympas (et honteusement peu chers), et sweet de Pleymo notamment, parce que retomber en adolescence, c'est le bien parfois (et du coup, ça tient chaud).

J'ai aussi fait des achats chez Lush, ou je me suis offert :

- le spray "bouffée d'air frais", que je met toujours dans mon sac à main. L'odeur est discrète, il rend ma peau toute douce, et rafraîchit bien. Mais par contre, je ne l'utilise pas en le phsittant sur ma face, sinon je m'en fous partout (et merci les yeux de panda :p). Du coup je l'utilise toujours avec un coton ^^ je le reprendrais pas, mais comme il était en solde, j'ai testé ^^

- Le savon liquide "Dirty". Déjà, le nom m'inspirait (oui, j'ai l'esprit salace ah ah), la description bof (j'aime pas trop l'odeur de la menthe en général). Mais à l'utilisation, je dis ouiii ! Il sent méga bon, sans en faire trop, j'ai l'impression de décaper ma peau, elle est toute fraiche mais comme d'hab elle reste douce, et je sens bon (pour ma douche trimestrielle, c'est utile)

- La gelée "plum plum pudding", qui m'avait été offerte lors d'un swap, et que, visiblement (bah oui, sinon j'en aurais pas repris) j'avais adoré ! Elle sent juste MEGA bon, et en plus, c'est des barres de rire dans le bain quand elle se sauve et qu'il faut la rattraper (un rien m'amuse !). 

- Le savon "les fées démoniaques" que je rachète également, j'avais été super attirée par le nom, lors de ma dernière commande (en octobre), et j'avais beaucoup aimé l'odeur. J'ai eu un gros souci : le savon a subitement disparu Oo 
En fait, j'ai un chéri qui n'assume pas son coté féminin, mais qui aime bien sentir bon. Du coup, il me l'a honteusement dérobé. Il m'en fallait un autre  :p


Puis, j'me suis acheté foultitude de trucs sympas (et pas de mon âge, y parait), genre : un tee shirt Hello Kitty, un tee shirt "I love Pan Pan" ah ah. J'ai aussi dû me racheter un porte feuille, le mien n'a pas survécu à toute cette fièvre acheteuse --' mon banquier a également dû frôler l'attaque... Non ça c'est très exagéré, je suis restée très très raisonnable cet début d'année. Mais quand même. 

Voilà voilà, je suis de retour (mais pas pour vous jouer un mauvais tour, ni plus rapide que la lumière *insérer ici une référence naze*)

tchoû !
 
Et pour la route :

http://chouchouisnotdead.cowblog.fr/images/calinpascontent2d68d2b.jpg
 

Vendredi 30 novembre 2012 à 0:32

Je n'ai pas l'intention d'écrire un article complexe, bourré de statistiques et d'explications, sur ce qu'est l'hypersensibilité. Je ne suis pas médecin, ni psy. Je veux juste expliquer ma vie, tous les jours, mon quotidien de gamine pleurnicharde (joke ^^).

J'ai décidé d'écrire cet article suite à mon "article" précédent, ce billet écrit sur le coup de la furie, de la peine, écrit parce que j'étais blessée, sur le moment. J'ai hésité à l'effacer, peut être que je le ferais. J'ai honte de mes crises de douleur. Parce que les gens "normaux" ne font pas ça...


Je n'avais jamais entendu parler de l'hypersensibilité, avant de me pencher sur mon cas ^^ 
Je cherchais à comprendre, qui j'étais, pourquoi j'avais de telles réactions, si j'étais cinglée ou bien si "ça se soignait" =)
Je suis tombée, par hasard, sur des articles, un forum, et j'ai poussé un grand souffle : je n'étais pas seule \o/

http://chouchouisnotdead.cowblog.fr/images/portebonheur429811.jpgOui, cette image n'a rien à foutre ici, je la trouvais juste jolie :p


L'hypersensibilité, qu'est ce que c'est ? 

Dans mon cas, c'est comme... Un amplificateur d'émotions, qui serait d'origine chez moi, fourni avec le modèle de base ! 
Je vis toutes les émotions à 200% par rapport aux gens normaux, que ce soit la joie, la colère, la tristesse, la culpabilité,... Oui, je cite pas mal d'émotions négatives, parce que dans mon cas, c'est souvent le plus handicapant --' et que, chose "marrante", j'ai appris très vite à canaliser plus ou moins mon trop plein de joie, mais alors quand il s'agit de haine ou de tristesse, j'ai pas le cul sorti des ronces ><

A gérer, au quotidien, c'est très dur. Parce que c'est épuisant, mais que ça induit des genre de "crises", comme mon article précédent par exemple. C'est à dire que j'ai besoin que tout soit stable, planifié, prévu.
En fait, j'ai besoin de prévoir, la perte de contrôle me fait peur, me déstabilise, et du coup je perds pieds.

Cet après midi, par exemple, j'avais prévu de passer quelques heures avec mon chéri, tranquillement, j'avais commencé à imaginer comment ça allait se passer, ce qu'on allait faire... Bref, tout était planifié, sans surprise. Subitement (c'est important ça, comment ça s'amorce, si je suis préparée doucement, c'est moins "violent"), un coup de fil "bon ben en fait j'viendrais pas, j'ai autre chose de prévu".

Et là, déluge d'émotions. Une vague. Une personne à la sensibilité "normale" aurait eu un pincement au coeur, un sentiment d'énervement, elle lui en aurait voulu, et puis... C'est tout. Moi j'ai été submergée, noyée, par la tristesse, par la colère. Et dans ces cas là, j'ai envie d'exploser, j'ai envie que la personne se rende compte du mal que j'ai, qu'elle ressente la douleur comme je la ressens. Du coup, je deviens un peu hystérique, je me met à tenter d'atteindre la personne, à tenter de lui hurler au visage le mal qu'elle me fait. Et en général, ça ne marche pas du tout x)
Au pire, je passe juste pour une folle.

Non, ce n'est pas de la folie.

Juste une personnalité qui vit les choses à 200%

Une fois la "crise" passée, une fois que je reprends pied, que la personne en face a réussi à me détendre ou que je me focalise sur autre chose (ce qui n'est pas non plus tip-top, puique c'est seulement une fuite)  je redeviens tout à fait calme. Souvent ça dure quelques minutes, parfois plusieurs heures (selon le déclencheur), c'est là que ça devient dangereux, parce que d'une c'est épuisant, de deux je me met à ressortir toutes les émotions pèle-mêle, et je pars dans... un délire carrément bizarre. Et j'ai en même temps honte, parce que je vois bien que ça n'est pas normal. Du coup, c'est de pire en pire --"
Une fois fini, hors la fatigue, j'ai honte. De m'être donnée en spectacle, que personne ne comprenne ce qui se passe dans ma tête, pourquoi j'ai réagi ainsi. Cette impression d'être anormale...

Les gens ne savent pas préserver les hypersensibles, c'est un truc qu'on apprend nulle part. Les gens ont l'habitude de ne pas faire attention, entre eux, ce n'est pas grave. Dire à quelqu'un "j'arrive à 14h30" et se pointer à 15h, c'est souvent source de tensions, mais une fois passées quelques minutes, on en parle plus. Avec un hypersensible, il faut se dire qu'il va passer la demi heure à tourner en rond, à consulter l'horloge toutes les 30 secondes, à paniquer, à imaginer toutes sortes de choses plus ou moins crédibles : "il m'a oubliée", "je ne suis pas importante", 'il lui est arrivé quelque chose", "il m'en veut",...
Du coup, sa réaction sera disproportionnée, incomprise.

Et c'est pareil pour tout ^^

Parfois, ça peut être drôle. Quand je vais au cinéma, dès qu'il y a une scène forte en émotions (bon, faut qu'elle soit réussie hein xD), je vois mon chéri se tourner vers moi avec un sourire en coin, parce qu'il sait que je tente de camoufler que je suis en train de pleurer comme une madeleine :p

Parfois, ça peut être un avantage. Je peux voir plein de détails qui embellissent un instant. Le nuage en forme de coeur me donnera le sourire, un baiser sincère entre deux amoureux aperçus dans le reflet de la vitre du bus, une musique qui me tient à coeur, tout ça je le vis puissance 1000. J'arrive aussi souvent à savoir quand une personne est triste/en colère/mal à l'aise. Sans que la personne ne le montre. Je le ressens juste. Et ça, c'est un avantage et également un GROS inconvénient. Je suis une éponge à émotions --'
C'est à dire que si quelqu'un de mon entourage va mal, je le ressens, je le vis. Et du coup, je vais mal à mon tour. J'ai mal pour la personne. Il m'est arrivé de pleurer après que mon collègue aie eue une réflexion du patron, parce que je savais que ça l'avait touché, et j'avais mal au coeur pour lui.

Ca crée des situations parfois dures : par ex. mon copain a eu une sale journée, il a des soucis, il est précoccupé, énervé. C'est un garçon qui intériorise tout, il ne le dira pas, il ne le montrera pas. Mais moi je le ressentirais. Parce que je le connais, parce que je l'aime, parce que... C'est comme ça, je le ressens au fond de moi, il ne va pas bien. Je le vois à ses expressions, à sa manière de bouger, à sa posture... Ca me fait mal au coeur, parce que je n'aime pas qu'il aille mal ! Du coup, je suis affectée, je suis énervée, parce que quelque chose ne va pas. Deux personnes énervées qui tentent de communiquer, de rester dans la même pièce, c'est rarement constructif :p
Du coup on finira par se prendre le chou, pour une broutille...


C'est tout ça, l'hypersensibilité. Tout ça et tellement plus encore.

http://chouchouisnotdead.cowblog.fr/images/0a1b6fdf882f93983f668ad11d0ad2e4.jpgC'est aussi une imagination très fertile ^^



C'est une force, quand on peut l'apprivoiser, quand on arrive à en ressortir toutes les choses positives que ça apporte. Je n'écoute pas de musique, je ressent des musiques, je vis des paroles. Et c'est tellement beau. Je me souviens très souvent de mes rêves, et je peux les contrôler parfois. Je peux aider quelqu'un, parce que je ressens ce qu'il a envie d'entendre. Je suis capable de déceler un moment, un infime moment qui me réjouiras pour des minutes, des heures. Un sms gentil au début d'une journée me fera garder le sourire jusqu'au soir...

 
 
C'est une faiblesse, car je ne sais pas encore la contrôler, elle me contrôle, elle me rend vulnérable et parfois pathétique. Quand je fais un cauchemar, ça peut m'affecter pour plusieurs jours. Une fois, j'ai rêvé que mon père essayait de m'embrasser de force (oui,  je fais des rêves tordus ><). J'ai utilisé des tonnes de prétextes pour ne pas le voir pendant plusieurs jours, parce qu'il me dégoûtait (le pauvre, il n'y était pour rien...).

C'est dur à vivre, mais je ne peux pas le changer, parce que ça fait partie de moi, et quelque part un jour je sais que j'arriverais à en tirer parti et à m'en servir pour des émotions positives, à aider les autres grâce à ça. Pour l'instant, ça en est loin, mais il me reste toute une vie pour y arriver, me forger une carapace pour les moments difficiles, et utiliser cet aspect à mon avantage.

En tout cas, je suis désolée pour les articles un peu foireux, un peu foutoirs comme celui d'avant, pour tous ces articles ou je me plains, ou je véhicule une image négative. Ils sont souvent écrits sur le vif, parce que j'ai besoin d'extérioriser sur le moment. Et ça doit être un peu chiant à lire :p

Voilà voilà, si quelqu'un qui me lit est hypersensible, ou vit avec un(e) hypersensible, je suis ouverte à la discussion, et j'espère que cet article vous aidera un peu à comprendre si vous connaissez un(e) hypersensible et que vous ne savez pas comment le/la prendre ;)

Dimanche 4 novembre 2012 à 15:04

 Ouais, 3 semaines que j'ai rien écrit, du tout... Petite justification et je passe à la suite :p

Je suis une spectatrice muette, je lis les blogs des autres mais j'avais plus envie d'écrire. Parce que tout ce que j'aurais pu dire ça aurait été forcément négatif et pleurnichard, et j'avais pas envie de ça. J'ai eu un peu tout qui m'arrive sur la gueule là, j'ai pas compris, le destin s'acharne et je me demande pourquoi j'ai mérité ça.
Pas envie d'étaler ma peine encore une fois, mes plaintes incessantes, tout ça en fait j'ai pas envie que ça ressorte ici. Du coup j'ai préféré rien écrire que d'écrire de la merde. Z'avez vu ch'uis sympa j'ai pensé à vous :p


Bref, j'ai des hauts, des bas dans ma tête, mais en même temps j'essaie de sortir la tête de l'eau, du coup je pense à plein de choses. Donc changer l'ameublement de mon appart, notamment. Je rêve d'un meuble de rangement dans ma salle de bains par exemple (je range mes affaires dans le bidet, classe) mais j'ai zéro place pour ça, sauf sous mon lavabo --'.
Et acheter la vice palette. Mais ce serait pas raisonnable, je sais toujours pas me maquiller...
Et un parfum, mais je sais pas encore lequel (même si comme d'hab Lolita Lempicka me fait couiner :p). J'ai peur de me planter, de prendre un parfum que j'aimerais sur le coup et qui me filerais la nausée au bout de quelques temps (mauvaise expérience avec Démon d'Eau Jeune que j'aimais parce que c'était le parfum de ma soeur étant ado. Sauf que sur moi euhhh nan xD). Ou un parfum que tu sens plus en 10 minutes. Ou un parfum qui s'accordera pas avec ma peau. Enfin c'est dur :p J'pense que je vais économiser et repartir sur LL, puisque j'aime d'amour cette odeur =)

J'aurais voulu aussi de jolies bottes plates, un joli manteau, enfin bref une nouvelle garde robe... En restant sur des magasins "discount" ou du pas trop cher, je suis plutôt économe au niveau des fringues (pour moi 20€ dans un tee shirt, c'est super cher xD et des chaussures c'est 50€ gros gros maxi, hors DC shoes ou autres chaussures qui vont "avec tout" et durent 5 ans :p)


http://chouchouisnotdead.cowblog.fr/images/1.jpg
Par exemple, ces deux jolies paires de chez Vet Affaires, ou ce subliiiime manteau chez Wap Doo Wap (par contre lui le prix risque de brûler un peu les yeux --')


J'voulais aussi économiser pour mon premier tatoo, mais du coup j'pense que c'est mort... 

Et je voulais cette petite chose, aussi... Mais l'homme trouve ça horriblement moche --' au pire m'en fous c'est chez moi mais bon ><

http://chouchouisnotdead.cowblog.fr/images/aac.jpg
Va falloir faire un choix mouahaha :p

Tiens d'ailleurs je cherche une solution pour mes ch'veux lol, je n'ai normalement plus trop "le droit" d'utiliser des produits "agressifs" hyper parfumés et bourrés de silicones, du coup j'ai un shampooing de pharmacie qui pue l'herbe et un traitement qui sent carrément le produit à chiottes... Et en plus mes cheveux sont passés de "sentent bon, beaux, doux, brillants, faciles à coiffer" à "ne sentent rien au mieux, rêches, partent en cacahuète, font des noeuds, ne ressemblent à rien"

Ahhhhhhh ><

Du coup je m'autorise une semaine par mois de soins en tout genre, de shampooings hyper chimiques, de plein de choses qui sauvent ce qui restent de ma belle tignasse ^^
Mais si quelqu'un a une autre solution qui ne me coûterait pas une fesse, merci de m'en faire part ^^


Sinon j'ai reçu ma Glossybox d'octobre, je ferais un article détaillé dessus, en attendant j'ai été encore une fois satisfaite ;)

Et je voulais faire un habillage pour mon blog, mais euh disons que je suis pas hyper douée pour ça :p

 
Voilà voilà, allez, bonne après midi tout l'monde !

Dimanche 14 octobre 2012 à 21:03

 J'me sens à peu près vers là en ce moment. Non, je parle pas du jeu, mais de la vie réelle, malheureusement.
En été 2010, j'ai connu ma deuxième rupture, mais je m'en suis plutôt vite remise.
En été 2011, j'ai connu ma troisième rupture, et ça a été l'horreur, j'ai vraiment cru ne jamais m'en sortir, et aujourd'hui encore j'ai mal en y repensant. 

Ce week-end, j'étais à peu près par la... 

Non, je ne me suis pas faite larguer, même si parfois j'me demande si ça en est pas à deux doigts.


Vendredi soir, j'ai vécu un truc, qui m'a laissée au fond du gouffre. J'ai plus trop envie de rentrer dans les détails parce que ça fait deux jours que j'essaie de tasser ce truc au fond de ma tête et de mettre tout un bordel dessus, pour ne plus jamais le retrouver.


En gros j'étais avec mon père, il voulait se ranger, mais y'avait une voiture qui bloquait, mon père a un caractère de merde, il a demandé un peu sèchement à la personne de mieux se garer, sauf qu'avec elle y'avait un gorille et ses super potes wesh, qui se sont mis à insulter mon père, qui est vieux et qui a donc sorti son couteau pour se défendre, parce que le type en face était à deux doigts de lui coller une beigne et que mon père peut plus se défendre avec ses poings. Forcément du coup ça  a dégénéré, on s'est mis à insulter mon père violemment, à mettre des coups dans la voiture, et j'ai entendu plusieurs fois fuser le mot "racisme", alors que ça n'avait rien à voir, du tout, aucun rapport (et ça me gave bien profond qu'on mette ce mot à toutes les sauces maintenant, ça arrange bien d'utiliser des grands mots, pour faire passer les gens pour des cons). Le pire étant que les seules insultes racistes que j'ai entendues, ce sont eux qui les ont proférées. J'suis dégoûtée. J'ai du fuir parce que mon père avait peur pour moi, il a préféré rester seul, et pendant que je me cachais en pleurant comme une larve, j'ai abandonné mon père. Y'a pas eu de coups, "juste des insultes", j'ai pas écouté tout, à part les "je vais te crever vieux blanc" et autres "je vais niquer ta femme", j'étais en train de me boucher les oreilles et de prier tous les dieux pour que ça s'arrête, mais j'ai vraiment cru qu'il allait jamais pouvoir sortir de là, et quand je l'ai retrouvé, j'me suis mise à hurler après lui parce qu'il aurait dû se taire dès le départ, je hais son caractère colérique.

En même temps, je me hais de ne pas pouvoir le défendre. Je hais ces types de s'en prendre à un pauvre vieux à 4, à se vanter de sortir de prison comme si c'était génial, je les hais de se faire passer pour des victimes alors que ça les éclate de terroriser les gens, je les hais de ne rien respecter et de semer le chaos juste parce que ce sont des lâches abrutis, ils sont inutiles, ils ne vont même pas travailler, pas parce qu'il n'y a pas d'embauche, mais parce que c'est trop dur de se lever le matin.

Je hais la justice qui laisse ces types rentrer et sortir de prison régulièrement, et quand ils sortent ils recommencent parce que les sanctions sont risibles comparées aux bénéfices et qu'on leur trouve des excuses. J'ai toujours été ouverte et sympathique, toujours à défendre tout le monde parce que je croyais dur comme fer que ces gens là étaient du coté des opprimés, les pauvres... Ces dernières années je commençais à en avoir marre de me faire cracher dessus dans la rue mais je trouvais des excuses à tout le monde, parce que non c'est vrai peut être que c'était juste moi qui cherchais, là c'est fini... Je continuerais à baisser la tête et à fuir devant les insultes, comme toujours. Je continuerais à me sentir comme une sous merde dans ma propre ville, parce que je dois marcher tête basse et bien faire attention à ne pas regarder les gens dans les yeux, à ne rien dire, à être soumise, parce que ça pourrait être mal pris. Moi, maintenant, je vais voter à droite, parce qu'à mon sens, ce sont les seuls qui ont des réponses à mon problème. 


Parce que j'ai pleuré pendant 5 heures d'affilée, hurlant de honte et de peur dans mon oreiller, parce que je ne me sens plus en sécurité dans la ville ou je suis née, dans le pays ou mes ancêtres ont construit des choses pour que je me sente bien. Parce que je me sens tellement mal, tellement vidée. 

Mon copain n'a même pas compris ce qui m'arrivait, et il m'ignore depuis deux jours, il trouve que j'en fais trop et que j'aurais dû m'en remettre. Mais je m'en remet pas. 


Maintenant, je comprend ces gens qui ont pété une pile un jour et tiré sur tout le monde. Je comprends les deux ados du massacre de Columbine. Attention, comprendre ne veut pas dire cautionner, non, on ne peut pas cautionner la mort d'innocents, je suis profondément blessée, je ne suis pas devenue conne. Mais je comprend qu'on se sente mal, qu'on se soit fait tellement insulter, dénigrer, moquer, durant tant de temps, qu'une personne plus faible en arrive à vouloir cesser tout ça.

Les gens sont méchants, l'humanité est cruelle, et je ne m'y fais pas.

Et je ne m'y fais pas, d'avoir une famille de fous, avec un père qui ne contrôle pas sa colère, une mère dont les mots sont plus piquants qu'un dard de frelon, je me dis que je dois être comme ça aussi, folle, les chiens ne font pas des chats.
Je ne m'y fais pas que les gens refusent catégoriquement de voir tout ce qu'il se passe...
Je ne m'y fais pas d'avoir un homme que j'aime, qui ne vois pas que ce n'est pas une "chouinerie habituelle" mais que je souffre vraiment...
Je ne m'y fais pas d'avoir désormais peur de sortir de chez moi, et de devoir combattre mon propre cerveau pour avoir le courage de ne pas me mettre à pleurer quand je sors et que tous les regards se braquent sur moi, juste parce que je suis une fille avec un manteau long noir.
Je ne m'y fais pas qu'on me dise que c'est justement ma tenue qui fait ça, et que si je m'habillais normalement ça irait mieux (oui, c'est préférable de sortir en mini jupe/cuissardes qu'en robe longue noire, cherchez l'erreur).


J'ai peur, j'ai mal, et j'ai l'impression d'avoir 4 ans et d'être dans le noir, avec plein de monstres autour de moi, et que personne ne vienne m'aider.
Heureusement, j'ai un monsieur Papillon quelque part, qui a toujours une épaule pour que je pose ma tête. Mais c'est quand même très dur...
 

http://chouchouisnotdead.cowblog.fr/images/23922055511.gif

Mercredi 3 octobre 2012 à 5:00

 Qui était le plus grand des hommes dans mon coeur. L'homme de ma vie.

Et oui, encore un article rempli de licornes, de niaiseries, de paillettes. Et alors ? ^^

http://chouchouisnotdead.cowblog.fr/images/SuperMan.jpg

L'homme de ma vie. Aujourd'hui est un jour particulier. Le 3 octobre, c'est la saint Gérard. Gérard, c'est mon papa.
23 ans que cet homme me guide, tel un phare dans l'obscurité. 67 ans que cet homme vit, et tout autant de temps que personne ne le comprend. Sauf moi. On me l'a souvent dit, je suis le mini moi de mon papa. Je détestais cette idée, adolescente. J'en suis fière aujourd'hui (bon, j'avoue, pas quand il fait des blagues débiles :p).

Il faut que je vous "avoue" quelque chose. Le titre de ce blog, c'est un hommage à mon papa. Depuis aussi longtemps que je me souvienne, mon papa ne m'appelle que rarement par mon prénom. Mon papa m'a toujours appelée Chouchou. Je sais pas d'ou ça lui vient, c'est p'tetre une bizarrerie qui lui vient de son lointain pays froid, mais en tout cas, Chouchou c'est moi. Et même si un jour je deviens une "femme", accomplie, forte, loin des remous de l'enfance, Chouchou ne sera jamais morte.

Parce que je serais toujours la fille à mon papa. A cet homme qui m'a légué cette manière si... Différente, de voir la vie. Cette soif de liberté et de différence, cette envie de tout savoir, de tout découvrir. Oui, aujourd'hui, c'est un jour spécial pour moi, il célèbre l'homme qui a toujours été, au fond, mon héros. Cette personne que beaucoup raillent pour son excentricité. Parce que c'est le seul à avoir osé se pointer habillé en cowboy à l'église un dimanche (j'avoue, c'était un pari entre lui et moi ^^). Parce que c'est le seul à oser raconter sa vie, et ses blagues pas drôles en plein milieu d'une salle d'attente, devant des gens aigris et médusés qui n'en ont rien à foutre. Parce que tout le monde le prend pour un vieil ours mal léché qui passe son temps à râler, pour un vieux fou. Parce qu'ils n'ont pas compris que si je vois leurs moqueries, lui aussi les voit. Et qu'il est un des êtres les plus sensibles que je connaisse. Et que si il arrive bien à passer pour un abruti aux yeux des autres, moi je le connais par coeur, c'est pas comme si il m'avait fait. Comme si il était une partie de moi =)

Mon papa il est capable de se lever en pleine nuit, et de courir avec son baton de marche, en slip, avec les coucougnettes qui s'échappent, derrière une bande de racailles qui tape sur un pauvre chat errant.
Mon papa il est capable de rester toute la nuit éveillé à réchauffer un moineau tombé du nid.
Mon papa il est capable de disserter durant des heures sur la politique, sur les gens qui sont tous des fumistes (d'ailleurs j'ai jamais bien compris ce que ça voulait dire --'), sur le monde qui court à sa perte, sur les gens qui ne savent plus profiter, puis sur les théories scientifiques, sur la reproduction du caméléon casqué du Yemen, pour finir à 5h du matin sur sa pause d'une semaine par an à la montagne...

J'ai tellement peur de le perdre demain. Mon papa dont le corps commence à faiblir, parce que passer 20 ans sur les routes de France à faire le rebelle c'est pas une vie. Mon papa dont le corps refuse de se défendre aujourd'hui. J'ai tellement peur que demain tout s'écroule, il a encore tellement de choses à m'apprendre, comment on fait les noeuds à la pèche, des chansons à la con en ch'timi, parce que qu'est ce que ça lui manque son pays...
Encore une journée à l'hopital pour mon papa, parce qu'il doit désormais se faire injecter des anticorps régulièrement, son corps n'en a pas assez.

Demain, c'est vraiment un jour spécial, il ne lira sans doute jamais ces mots mais c'était important pour moi de le dire, parce que je veux que tout le monde sache à quel point c'est un homme formidable, je voudrais le hurler partout, je voudrais l'écrire sur tous les murs, si ça pouvait lui rallonger la vie d'au moins 150 ans...


Voilà, c'était un article inutile et bien trop privé, qui n'a pas du tout sa place sur la blogo, mais tant pis ;)

P.S :  et j'ai cru lire qu'il y avait plusieurs personnes dont le papa a des soucis en ce moment, alors je leur adresse tout mon soutien, et je leur souhaite que tout s'arrange très très très vite...
Créer un podcast